top of page

Fertilité : comment la naturopathie peut vous aider ?

Ça y est, c’est décidé, vous voulez un bébé ! Pour certains couples, cela fonctionne tout de suite, alors que pour d’autres, plusieurs essais seront nécessaires. Parfois même, il faudra trouver de l’aide ; votre fertilité sera alors au centre des préoccupations.

Le gynécologue est souvent en première ligne pour réaliser tous les bilans nécessaires. Mais savez-vous que, en parallèle, un accompagnement en naturopathie peut grandement vous aider à booster votre fertilité ? Pour tout projet de grossesse, la naturopathie est une précieuse alliée !



Booster sa fertilité au naturel
Crédit photo : Nataliya Vaitkevich. Il est possible de booster sa fertilité grâce à la naturopathie !

Fécondité, fertilité ou infertilité, stérilité : quelles différences ?


La fécondité est un fait, celui d’avoir un enfant. Par opposition, l’infécondité correspond à l’absence de conception aboutie (aucune naissance).

 

La fertilité, quant à elle, se définit comme l’aptitude à se reproduire de façon biologique, autrement dit « naturelle », sans aide médicale.

 

Par opposition à la notion de fertilité, l’infertilité est l’incapacité à concevoir sans aide médicale. L’infertilité se définit à partir de la durée « d’infécondité ». Ainsi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) considère qu’après 12 mois de rapports sexuels non protégés et réguliers n’ayant pas abouti à une grossesse clinique, on peut parler d’infertilité (à noter qu’avant 2009, ce délai était de 24 mois).

 

Enfin, la stérilité correspond à une infertilité définitive et irréversible (cela concerne environ 4 % des couples).

 

En France, l’infertilité touche 1 couple sur 4.


Quelles peuvent être les causes d’infertilité et comment la naturopathie peut vous aider ?


En France comme dans l’ensemble des pays industrialisés, l’infertilité ne cesse de croitre et est devenue un enjeu de santé publique majeur. Les causes d’infertilité sont multiples et souvent réversibles.

 

L’âge

 

Chez la femme, la fertilité décline à partir de 30 ans, car on observe une baisse de la réserve et de la qualité ovocytaire. La fertilité est maximale avant 25 ans, commence à diminuer dès 26-30 ans et chute après 35 ans pour devenir presque nulle après 45 ans. En France, en 2019, les femmes avaient leur premier enfant à 29 ans en moyenne.

 

Chez l’homme, la qualité du sperme diminue au-delà de 35 ans. En PMA, au-delà de 40 ans, les chances de grossesse diminuent et les risques de fausses-couches augmentent. D’où l’importance d’optimiser la fertilité des deux protagonistes de l’histoire ! L’homme, tout autant que la femme, devrait consulter une naturopathe spécialisée en fertilité.

 

Ainsi, si le risque d’infertilité est d'environ 1 couple sur 4 à 30 ans, ce risque monte à 1 couple sur 3 à 35 ans (34 %) et à plus d'1 couple sur 2 à 40 ans (56 %).

 

Même s’il s’agit d’un paramètre difficilement modifiable, l’âge est un facteur important de déclin de la fertilité dont les couples devraient avoir connaissance le plus tôt possible.

 

Les perturbateurs endocriniens, la pollution

 

Les polluants sont néfastes pour la santé et peuvent interagir à différentes étapes de la procréation :

  • Sur les gamètes adultes (ovules et spermatozoïdes) ;

  • Sur la fécondation : répartition du patrimoine génétique, mutation génétique ;

  • Sur l’embryogenèse, c'est à dire le développement de l’embryon ;

  • Et sur le nouveau-né.


Chez l’homme, l’exposition aux perturbateurs endocriniens (PE) est associée en particulier à la réduction de la quantité et de la qualité spermatique. Une méta-analyse publiée en 2017 révélait que la concentration de spermatozoïdes dans le sperme a diminué de plus de 50 % en moins de quarante ans (1973-2011) chez les hommes occidentaux !

 

Nous sommes soumis quotidiennement à des toxiques environnementaux : pollution urbaine (particules fines), exposition professionnelle (pesticides, solvants), exposition domestique, dans nos propres intérieurs…

Si certains polluants sont difficiles à éviter, il existe de nombreux leviers à actionner dans notre quotidien afin de modifier certaines habitudes : conservation et cuisson des aliments, produits d’entretien, cosmétiques, etc. Pour en savoir plus, je vous invite à consulter mon article « Perturbateurs endocriniens : ils empoisonnent notre quotidien ! ».

 

D’ici à 2050, 1 couple sur 2 ne pourra pas avoir d’enfant, en partie à cause des perturbateurs endocriniens, dont les pesticides.

 

Le mode de vie : boostez votre fertilité grâce à la naturopathie !

 

Tabac, cannabis, alcool, troubles de l'alimentation, stress, sommeil, activité physique... De récentes études ont montré l’impact négatif du mode de vie occidental sur la fertilité des hommes et des femmes, en particulier pendant la période pré-conceptionnelle, à savoir les 6 mois précédant la grossesse.

 

L’alimentation occidentale à base d’aliments ultra-transformés, riche en pesticides et autres composés néfastes, ainsi que les déficits micronutritionnels qui en résultent (en vitamine B9, iode…) impactent grandement la fertilité.

 

La sédentarité ou, au contraire, le surentraînement sportif peuvent également être en cause dans les problématiques d’infertilité.

 

Enfin, le tabagisme, tout comme les autres drogues, diminuent les chances de grossesse et augmentent le délai moyen pour concevoir. Il en est de même pour la consommation excessive d’alcool.

 

En consultation de naturopathie et fertilité, je mène un interrogatoire précis pour identifier les paramètres modifiables afin de booster votre fertilité au naturel.

 

Les causes métaboliques

 

Chez la femme, un Indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 30 divise les chances de grossesse par 4 comparativement à une femme ayant un IMC « normal ».

Aussi, un IMC trop bas, c’est-à-dire inférieur à 18,5 diminue la fertilité en entraînant des troubles de l’ovulation.

 

Chez l’homme, un IMC supérieur à 30 impacte la qualité des spermatozoïdes.

 

En tant que diététicienne et naturopathe spécialisée en fertilité, je vous guide pour modifier vos habitudes alimentaires.

 

Les anomalies hormonales et génitales

  

Certaines pathologies, comme l’endométriose ou des troubles de l’ovulation tels que le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), l’hyperprolactinémie, l’aménorrhée hypothalamique… peuvent retarder une grossesse.

 

Chez l’homme, l’infertilité peut avoir une origine endocrinienne, testiculaire, ou bien être liée à des lésions des voies génitales. La cause la plus fréquente est la varicocèle.

 

 

De nombreuses causes d’infertilité, lorsqu’elles sont clairement identifiées, ne sont pas irréversibles. En étant accompagné par une naturopathe spécialisée en fertilité et déséquilibres hormonaux, le couple fait le choix d’optimiser son « projet bébé » !

Il n’y a pas de solution miracle, mais des efforts combinés sur l’hygiène de vie et l’environnement peuvent grandement aider à booster sa fertilité au naturel.



J'espère que cet article vous a plu et vous a éclairé sur le sujet. Il n'est bien sûr pas exhaustif, alors si vous souhaitez aller plus loin et prendre en main votre santé et booster votre fertilité en améliorant votre hygiène de vie, je peux vous accompagner !

6 vues0 commentaire

Comments


bottom of page